Pourquoi l’économie américaine a t’elle un impact sur les actions françaises ?

Publié le : 20 mai 20217 mins de lecture

En février et mars 2020, les marchés boursiers mondiaux ont fortement chuté en raison de la crise sanitaire. Au deuxième trimestre, il y a eu une reprise, mais en octobre, les marchés boursiers ont de nouveau chuté. Vous trouverez ci-dessous des données mensuelles sur l’évolution des marchés boursiers, ce qui signifie que les changements rapides n’ont pas d’impact direct sur les chiffres. Mais que serait la conséquence de l’économie américaine sur la bourse ? 

Les banques centrales dictent les conditions du marché boursier 

2020 est maintenant de l’histoire et il est plus intéressant de regarder vers l’avenir. Le principal problème qui guidera le développement boursier 2021 sera lorsque les banques centrales penseront que la situation de crise est terminée. La demande du côté des services devrait augmenter fortement lorsque le monde rencontrera le printemps vacciné contre le covid-19, ce qui devrait augmenter l’inflation. Cela augmente le risque que les efforts de soutien des banques centrales soient retirés, la seule question est de savoir quand. Tout au long de l’histoire, les valorisations élevées des actions ont toujours été plus difficiles à justifier lorsque la politique monétaire a été normalisée. Si le marché voit sérieusement des stimuli réduits à portée de main, les valeurs historiquement élevées seront confrontées à une réalité différente. 

Nous vous recommandons : Le marché financier en période de faillite

Les grandes fluctuations créent des occasions 

Au cours des dernières années, le marché boursier américain a connu une forte évolution tirée par un environnement de taux d’intérêt bas qui, pour la plupart des gens, est devenu la nouvelle norme. Des stimuli de politique budgétaire et monétaire ont été disponibles dès que l’économie a ralenti et qu’un rebond des marchés boursiers a commencé. 

Il n’a pas été facile de défendre les valeurs avant même Covid-19, mais les acteurs du marché se sont concentrés sur un accès presque illimité à des capitaux bon marché. Les alternatives d’investissement ont donc été peu nombreuses et dans le cadre de la baisse des marchés boursiers en mars, ils ont augmenté leur exposition aux actions dans les portefeuilles. Cela a conduit à bénéficier d’une bonne contribution de la distribution des classes d’actifs dans les portefeuilles mixtes au cours de l’année. Outre la conséquence de l’économie américaine sur la bourse, de nombreuses autres tendance se sont maintenues et, dans certains cas, se sont renforcées. Le secteur de la technologie et des biens non durables a de nouveau été l’un des gagnants et nos positions régionales et sectorielles ont contribué à un bon développement de l’administration. Il en a été de même pour nos placements individuels en actions et des positions à revenu fixe, alors que l’année a présenté des défis majeurs en matière de placements alternatifs. 

À consulter aussi : Investir dans l'or avec la crise européenne: une tendance croissante?

Quel environnement de marché reste toujours stimulant ? 

Cela dit, on pense que les banques centrales sont terrifiées à l’idée de retirer le stimulus trop tôt, ce qui plaide en faveur d’un environnement de taux d’intérêt toujours bas pendant au moins l’année prochaine. La conséquence de l’économie américaine sur la bourse semble rester ultralégère, ce qui non seulement élimine l’avantage de taux d’intérêt positif du pays par rapport au reste du monde, mais entraîne également un déficit budgétaire important. Au total, cela signifie que nous estimons que la tendance de l’an dernier à la baisse du dollar se poursuivra jusqu’en 2021. Cela améliorera les conditions de croissance pour le reste du monde, et notamment dans les pays émergents. Étant donné qu’on reste très probablement dans un environnement de taux d’intérêt bas, entourés d’énormes efforts de soutien financier de la part des banques centrales, on prévoit la poursuite de bonnes conditions pour le développement des marchés boursiers dans l’année à venir. Aujourd’hui, on maintient donc la notation vert clair sur les actions et au sein de la classe d’actifs, on privilégie les sociétés à caractère cyclique de croissance avec la volonté de modifier notre allocation si les conditions changent radicalement. 

Pourquoi l’économie américaine affecte-t-elle les actions françaises ? 

Actuellement, le marché boursier américain semble surchauffé. L’indicateur dit Buffett – le ratio de la capitalisation des entreprises américaines sur le PIB est au plus haut et s’élève à 160% du PIB. Un autre indicateur populaire est le multiplicateur cours / bénéfices qui est le principal paramètre d’évaluation des marchés boursiers, elle se rapproche des niveaux de la bulle Internet de 2001 et s’élève à 22 bénéfices annuels. Cependant, dans ces indicateurs, la capitalisation boursière est mesurée en matière de bénéfices ou de taille de l’économie, et la pandémie a conduit à leur forte baisse. Des multiples plus élevés reflètent les attentes des investisseurs en matière de reprise économique et de bénéfices des entreprises, c’est-à-dire que le marché a déjà intégré ces indicateurs dans le prix. En général, l’évaluation positive du marché boursier américain est tout à fait acceptable pour être reportée sur le vaste marché boursier de la France. Mais dans ce cas, il est nécessaire de tenir compte des occasions comparativement plus faibles pour la mise en œuvre de la politique de stimulation des actions française qui risque de chuter encore. C’est une des conséquences de l’économie américaine sur la bourse. 

Plan du site