La rapidité comme facteur de succès dans le financement de la construction

Premier arrivé, premier servi – cela s’applique également à l’achat de biens immobiliers. Pour que cela n’échoue pas à cause du financement, la rapidité est essentielle lors de l’octroi des prêts. Le “Time to credit” devient ainsi l’indicateur de performance clé (KPI) décisif pour les établissements de crédit. Non seulement dans les agglomérations, mais aussi dans les zones environnantes bien desservies, la demande des acheteurs de biens immobiliers consentants dépasse largement l’offre. Celui qui peut fournir un financement solide le plus rapidement en aura la possibilité. Les caisses d’épargne et autres banques peuvent obtenir de réels avantages concurrentiels et conserver leurs clients à long terme si elles soutiennent l’acheteur immobilier en traitant la transaction le plus rapidement possible. La clé pour minimiser ce “délai de crédit” réside, sans surprise, dans la numérisation. Les processus, de la consultation initiale à l’archivage des contrats, doivent être systématiquement “conçus numériquement”. De nombreuses institutions hésitent encore à franchir ce pas. Ils craignent que des conversions radicales ne perturbent les processus établis dans l’important pilier des revenus du crédit hypothécaire. Il existe des solutions établies de longue date pour la numérisation complète du financement, par exemple dans le secteur du crédit à la consommation. Bien sûr, le financement de la construction est beaucoup plus complexe. Mais ici aussi, des interfaces numériques avec le client existent déjà, par exemple par le biais de calculateurs de crédit en ligne, qui peuvent servir de base.Les cinq étapes suivantes montrent comment la numérisation de ce produit de financement peut être conçue en détail.

Étape 1 : Des calculatrices de prêts en ligne conviviales comme point d’entrée du processus

Les calculatrices de prêts en ligne conviviales sont le point d’entrée numérique idéal pour les acheteurs de biens immobiliers afin d’obtenir une vue d’ensemble de leur propre solidité financière et des effets du financement par l’emprunt. Une distinction est faite ici entre les calculatrices pour les ménages, les calculatrices “louer ou acheter” et les calculatrices d’intérêts et de remboursement. La plupart des banques proposent désormais des calculatrices de ménage en ligne. La convivialité et le niveau de détail sont considérés comme les caractéristiques distinctives. Les calculatrices “Louer ou acheter” sont moins courantes. Les calculateurs d’intérêts et de remboursements sont également devenus un facteur d’hygiène dans la présence des établissements de crédit sur le web. Toutefois, de nombreuses présences en ligne de prestataires de services financiers ne comportent pas encore d’offres d’intérêts indicatives, mais calculent les calendriers de remboursement sur la base des taux d’intérêt débiteurs à saisir à l’utilisateur ou sur la base d’exemples. En général, les intéressés devraient toujours avoir la possibilité de passer du processus automatisé au processus personnel avec une transition numérisée au moyen de rendez-vous en ligne, d’appels vidéo ou de messagerie instantanée. Enfin, malgré tout l’enthousiasme suscité par les processus de conseil numérique, il ne faut pas oublier que les clients recherchent et apprécient généralement les conseils financiers personnels lors de l’achat d’un bien immobilier. L’harmonisation des processus de conseil en ligne et hors ligne, axée sur le client, est un facteur de réussite important. Les informations que le client potentiel a reçues ou spécifiées en ligne doivent également être systématiquement disponibles pour la consultation hors ligne.

Étape 2 : Les portails de téléchargement comme leviers d’efficacité

La soumission de documents relatifs au crédit se fait dans plus de 70 % des cas sous forme électronique, principalement par courrier électronique. Toutefois, ces derniers ne conduisent pas nécessairement à un processus numérique propre. Les portails numériques intelligents sur lesquels les clients peuvent télécharger leurs documents et les indexer eux-mêmes simplifient considérablement le processus. De tels portails sont déjà courants pour les prêts à la consommation, mais restent l’exception pour le financement immobilier. Mais ici en particulier, les options de téléchargement avec réception automatique et contrôle d’intégralité simplifieraient considérablement le processus pour les clients et la banque. Étant donné que les documents de propriété, en particulier, sont souvent remis sous forme physique par le vendeur, le courtier et le notaire, la mise à disposition d’une application mobile avec fonction de balayage intégrée serait particulièrement utile. Ainsi, les documents physiquement disponibles peuvent être scannés avec le smartphone et, par exemple, correctement indexés par le code QR. En outre, l’acheteur de biens immobiliers doit pouvoir envoyer des liens de téléchargement à d’autres participants au processus. De cette façon, l’acheteur immobilier ne doit pas collecter individuellement divers documents auprès du courtier, du vendeur ou de la gestion immobilière, mais peut demander à des tiers de soumettre les documents correspondants. Cependant, ce qui suit s’applique également à la soumission de documents : Le client est roi. Il peut choisir lui-même la manière dont il soumet les documents, d’autant plus qu’il existe encore des documents objets tels que des plans de construction au format DIN A0, qui sont difficiles à numériser.

Étape 3 : Décision de crédit

La présentation de documents pour le contrôle des recettes et des dépenses peut être totalement supprimée si, au contraire, il est possible d’obtenir des droits de contrôle dans le cadre de la banque en ligne du client. Ces technologies dites “bancaires ouvertes” sont légalement autorisées par la directive européenne sur les services de paiement PSD2. Sur la base de technologies bancaires ouvertes, il est possible non seulement d’éviter la présentation de justificatifs de revenus et de dépenses, mais aussi de promouvoir des décisions de crédit automatisées. Par exemple, solarisBank utilise les “informations bancaires numériques” de FinTecSystems pour l’octroi de prêts en temps réel. Ce système établit une interface de données cryptée avec le système bancaire en ligne de la banque du domicile du demandeur de prêt, y classe les transactions financières et détermine le revenu librement disponible du ménage. Une évaluation de la capacité à assurer le service de la dette est ensuite effectuée en temps réel. À l’avenir, ces évaluations permettront de prendre des décisions encore plus significatives de manière systématique, en utilisant les données des groupes de pairs et l’IA. Le cap doit maintenant être fixé.

Étape 4 : Conclusion du contrat par signature numérique

Si tous les documents sont disponibles et que le client est satisfait de son offre de prêt individuel, plus rien ne l’empêche de signer le contrat. Cette étape du processus se déroule généralement dans la succursale. En principe, cependant, les procédures d’identification vidéo et les signatures numériques qualifiées permettent de conclure des accords de prêt directement en ligne. L’authentification vidéo et les signatures numériques sont déjà proposées par de nombreuses institutions lors de l’ouverture des comptes. Il est maintenant important de rendre les technologies existantes disponibles pour le financement immobilier également.

Étape 5 : Archivage électronique comme base pour le traitement des stocks

Un autre effet positif d’un processus de crédit entièrement numérisé est l’évitement des erreurs. Les étapes de vérification de l’exhaustivité ou de l’exactitude sont effectuées de manière imminente dans le processus. Chaque entrée du processus est vérifiée en temps réel par des mécanismes de contrôle automatique. Toute erreur doit être corrigée afin de pouvoir passer à l’étape suivante du processus. Le contrôle manuel en aval du processus avant le versement du prêt n’est pas nécessaire. Les documents requis pour la date de valeur (confirmation du prix d’achat par le notaire, factures des artisans, etc.) sont téléchargés sur un portail de la même manière que les documents déjà soumis, afin de déclencher automatiquement l’appel de fonds. Toutefois, le processus de financement de la construction n’est pas encore terminé. La base d’une transition numérique sans heurts est une archive électronique intelligente, c’est-à-dire une structure de fichier numérique robuste avec une formulation précise des mots-clés. L’indexation initiale des documents du client devrait déjà avoir eu lieu lorsque le client télécharge les documents. L’archivage manuel ultérieur coûte une capacité inutile et est plus sujet aux erreurs. En outre, les périodes de conservation, les règles d’autorisation et l’archivage des dossiers restants devraient être automatiquement conservés. L’objectif est de faire en sorte que les renouvellements, les modifications de remboursement, les calculs de remboursement anticipé et les autres demandes de renseignements des clients puissent être mis en œuvre rapidement dans le traitement des stocks, ce qui accroît la satisfaction des clients et les chances de ventes croisées ou de renouvellements.

Si vous n’agissez pas maintenant, vous perdrez le contact

Les perspectives immobilières exigent de plus en plus des solutions rapides aux demandes de financement. La numérisation des processus de financement de la construction est la clé pour raccourcir le “délai de crédit”. Des solutions techniques éprouvées existent déjà pour les étapes centrales du processus. Cependant, les institutions doivent d’abord simplifier et normaliser leur processus global individuel avant de le numériser. Ce faisant, les étapes de traitement en cours doivent être vérifiées afin de détecter les sources d’erreur et de gaspillage de ressources, et être examinées en mettant l’accent sur l’intérêt du client. Ce n’est que lorsqu’une conception de processus allégée a été définie que les applications numériques peuvent être mises en œuvre avec succès. Afin de ne pas perdre de clients potentiels au profit de la concurrence dans le financement de la construction de produits de base, les banques devraient s’y mettre rapidement.