600 millions d’euros versées par Crédit Agricole dans l’espoir de vendre Emporiki

Publié le : 14 octobre 20203 mins de lecture

Selon le Financial Times, le Crédit Agricole aurait accepté de verser une somme supplémentaire de 600 millions d’euros à sa filiale grecque Emporiki. Hier, les rumeurs faisaient part d’une injection de 700 millions d’euros. Pour rappel, la banque française a déjà procédé à une augmentation de capital d’Emporiki d’un montant de 2,3 milliards cet été.

Emporiki, acheté par le Crédit Agricole en 2006, est devenu entre temps un gouffre financier et a entraîné une perte de plus de 6 milliards d’euros pour la banque française. Cette dernière souhaite se débarrasser de sa filiale grecque le plus tôt possible, mais les repreneurs ne se bousculent pas à la porte. Toutefois, avec cette injection massive d’argent frais, la résolution du problème semble enfin se rapprocher.

Hier, un cadre de la filiale grecque a annoncé qu’une solution pourrait être trouvée d’ici une à deux semaines. Emporiki aurait en effet fini par trouver des acquéreurs. National Bank of Greece, EFG Eurobank et Alpha Bank seraient sur les rangs pour le rachat (pour un euro symbolique selon des rumeurs) de la filiale grecque de la banque verte. Le « Wall Street Journal » a même annoncé hier que la transaction serait bouclée dès cette semaine.

Le Crédit Agricole en difficulté, une opportunité pour les traders

Le Crédit Agricole est exposé au risque de défaut de paiement des pays d’Europe du Sud en difficulté. Or, malgré le plan de soutien de la Banque centrale européenne, le Portugal, l’Espagne et la Grèce n’arrivent pas à se sortir du marasme économique dans lequel ils se trouvent.
Bien que la conclusion de la vente de sa filiale Emporiki semble être pour bientôt, certains analystes pensent que cette opération pourrait encore faire perdre au Crédit Agricole la bagatelle de 5 milliards d’euros de plus.

Recommandation pour les traders en ligne d’options binaires

Le Crédit Agricole subit de plein fouet la dégradation de la situation économique de certains pays d’Europe.

Plan du site